Georges Perec , grand écrivain français

Il naît de l’union de  Icek Peretz et Cyrla Szulewicz tous deux juifs polonais. Georges passe son enfance dans le quartier de Belleville ou sa maman tient un salon de coiffure.

Pour sauver son fils, sa mère l’envoie en 1941 en zone libre où  il y est baptisé sous le nom de Perec. Sa mère sera par la suite internée à Drancy puis elle mourra à Auschwitz. Quant à son père , il décède suite à l’explosion d’un obus sur le champ de bataille alors qu’il combattait pour l’armée française en 1939.

Très affecté par la disparition de ses proches , Georges entame une psychothérapie avec la célèbre Francoise Dolto.

Georges reçoit le Renaudot en 1965 suite à la publication de son premier roman intitulé  Les Choses. Une histoire des années soixante.  Son roman le plus célèbre reste  » La disparition » ( En référence à la disparition de ses parents qui l l’affecta au plus profond de son être  »  : sur ces 300 pages , le livre ne comporte pas une seule fois la lettre e (lettre la plus usitée dans la langue française).

Le 3 mars 1982 , il décède d’un cancer du poumon , sa dépouille repose  au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

La rue  Georges-Perec dans le 20e arrondissement de Paris lui rend hommage ainsi que la bibliothèque de l’université Paris-Est-Marne-la-Vallée porte aussi son nom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.