Léon Schwartzenberg éminent cancérologue juif français

Il naquit le 2 décembre 1923 de parents juifs roumains. Son père Simon Schwartzenberg était notamment connu pour ses œuvres artistiques. Quand les nazis arrivent à Pairs , sa famille et lui se réfugie à Toulouse , où  Léon entame des études de médecine. En raison des lois antisémites de Vichy , il se voit rapidement être interdit de faculté. Plus tard il rappela notamment que  le conseil de l’Ordre des médecins de l’époque resta complètement muet »

C’est alors que le jeune Léon s’engage dans la résistance avec ses deux frères alors qu’il n’a que 20 ans. Dénoncés et arrêtés à Pau en 1943 , ils seront par la suite déportés à Mauthausen. Léon sera le seul survivant de ses deux frères dont il apprit la mort qu’après la libération. Il dira ainsi de sa jeunesse :  « J’ai vécu mes vingt ans comme un mélange de cauchemars et de moments agréables. »

Après la guerre , il reprend alors ses études de médecine , et devint médecin hématologue, puis cancérologue. Par la suite il est promu assistant d’hématologie à l’Institut Gustave-Roussy de Villejuif en 1963. Et en 1971 , il devient agrégé des hôpitaux à l’Institut de cancérologie et d’immunogénétique de Villejuif.

Le 29 juin 1988 , Léon Schwartzenberg est promu ministre délégué de la santé dans le premier gouvernement de Michel Rocard. Il se fit aussi connaitre pour son engagement en faveur des sans abri et des sans papiers.

Après sa mort le 14 octobre 2003,  il est enterré à Paris, au cimetière du Montparnasse. Une rue de Paris dans le 10e arrondissement porte son nom pour lui rendre hommage.

Par Noam Mosséri – Juifs célèbres © Tous droits réservés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.