Popeck : « J’ai échappé à l’Holocauste »

Popeck : chapeau melon, costume trois-pièces et humour grinçant

Son accent yiddish, son chapeau melon et surtout son humour légendaire sont aujourd’hui ancrés dans l’histoire du patrimoine culturel français. Roumain via son père, polonais du côté de sa mère, Judka Herpstu alias Popeck a vu le jour en 1936 à Paris. C’est au beau milieu des années 1960 que le jeune homme commence à s’intéresser à l’univers du spectacle. C’est d’abord au cinéma dans le film Le Chien foud’Eddy Matalon que le Français se fait remarquer sous le pseudonyme de Jean Herbert aux côtés de Pierre Richard et Claude Brasseur. Après de multiples expériences, que ce soit sur des planches de théâtre ou devant une caméra, le comédien décide de franchir une nouvelle étape dans sa carrière en s’inventant le personnage de Popeck à la fin des années 1970.

Son caractère à la fois grognon et drôle séduit les foules, et sa notoriété ne cesse de croître au fil des années. Popeck enchaîne les one man shows à succès tout en conservant un pied dans le monde du cinéma et du théâtre. Après quelques années où l’artiste décide de se mettre en retrait de la scène médiatique, Popeck fait son grand retour en 2007 avec le spectacle Je reviens, à l’Olympia, puis avec C’est la dernière fois…! en 2010. En 2016, il monte sur scène sur les planches du Palace dans la pièce de Laurent Baffie : Toc Toc. La même année, il joue dans le film d’Yvan Attla : Ils sont partout. Il revient ensuite sur scène en 2017 avec son nouveau spectacle : Même pas mort ! à L’Archipel.

Par Noam Landsky– Juifs célèbres © Tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.