Susan Polgar la plus grande joueuse d’échecs de tous les temps

Personne ne peut arrêter le cerveau de Susan , elle affronta au cours de sa vie les plus grands champions comme Gary Kasparov , Anatoly Karpov et même le célèbre Bobby Fischer. Et tous se sont inclinés devant l’intelligence de Susan. Mais le génie de Susan n’est pas un accident de naissance , elle a été une enfant de 4 ans comme les autres , dont la vie à été changée par une éducation exceptionnelle.

Elle grandit dans un environnement très différent de celui de New York où elle vit actuellement. A la fin des années 1960 , derrière le rideau de fer , la Hongrie vit encore sous le joug de l’union soviétique et les citoyens de Budapest travaillent dur pour joindre les deux bouts. Même si leurs conditions de vie à son époque son modeste , le père de Susan à une vision unique , psychologue de formation , Laslo Polgar est l’auteur d’une étude approfondi sur l’influence de l’éducation sur le génie. Wolfang Amadeus Mozart qui composait à  l’âge de cinq ans semble être l’exemple classique de l’enfant né avec des dons extraordinaires. Mais le père de Susan , note que Mozart à reçu de son père Léopold , lui-même musicien accomplis , un apprentissage précoce et inestimable. Il en conclut alors qu’une formation spécialisée est plus importante que les dons naturels et il conçoit ainsi un projet étonnant pour vérifier la validité de sa théorie.  Ainsi quand sa fille , Susan naît en avril 1969 , le projet pédagogique de la famille Polgar à déjà débuté. Le père a publié un livre intitulé  » le phénomène Polgar ou l’art de former des génies dans lesquelles il affirme que le génie n’est pas inné mais acquis. Laslo se chargea ainsi lui même de l’éducation de sa fille à la maison.  » Mon père pensait que tous les enfants avaient un potentiel inexploité  » affirme la jeune fille.

Son père initie alors sa fille aux jeux des échecs. La famille ne compte alors aucun as des échecs et Laszlo n’est qu’un joueur amateur. Mais il est convaincu qu’il peut faire de sa fille un génie dans n’importe quel domaine à condition qu’elle y mette de la bonne volonté. Mais si Susan avait choisi d’étudier les musiques ou les sciences , cela aurait surement rendu la quête du génie bien plus facile. Et cela pour une seule raison : Au début des années 1970 , le monde des échecs est dominé par les hommes et quelques des plus grands  joueurs au monde pensent que le cerveau de la femme est inadapté à ce jeu.  Mais ils ne savent pas encore qu’une petite fille juive est sur le point de leur donner tort :

À l’âge de 4 ans, Elle remporte son premier tournoi d’échecs. La même année, elle compose un nouveau problème d’échecs, faisant d’elle la plus jeune compositrice d’échecs de tous les temps. À 12 ans, elle a été championne du monde des moins de 16 ans. À 15 ans, elle était la meilleure joueuse d’échecs au monde. Brisant la barrière du genre, Polgar a insisté pour jouer contre les hommes. En 1991, elle devient la première grande maîtresse d’échecs féminine et, en 1992, la première joueuse d’échecs (masculine ou féminine) à remporter les trois types de championnats du monde d’échecs. Parmi ses nombreuses autres récompenses, elle a été invaincue dans 56 jeux d’Olympiade d’échecs, gagner 10 médailles. Étonnamment, elle a établi un record du monde en jouant simultanément 326 parties (dont 309 remportées!). Elle détient également le record du monde pour la plupart des jeux joués (1131) et la plupart des jeux remportés (1112). Polgar faisait partie du mouvement « Chess for Peace » et a créé la Fondation Susan Polgar. Si ce n’est pas assez impressionnant, elle est aussi écrivain, contribuant régulièrement à divers magazines, et a écrit 6 livres. Bien que la plupart de sa famille vit maintenant en Israël, Susan reste aux États-Unis et continue à servir sur la World Chess Federation. et a commencé la charitable Fondation Susan Polgar. Si ce n’est pas assez impressionnant, elle est aussi écrivain, contribuant régulièrement à divers magazines, et a écrit 6 livres. Bien que la plupart de sa famille vit maintenant en Israël, Susan reste aux États-Unis et continue à servir sur la World Chess Federation. et a commencé la charitable Fondation Susan Polgar. Si ce n’est pas assez impressionnant, elle est aussi écrivain, contribuant régulièrement à divers magazines, et a écrit 6 livres. Bien que la plupart de sa famille vit maintenant en Israël, Susan reste aux États-Unis et continue à servir sur la World Chess Federation.

Voici le documentaire qui nous a inspirés pour cet article :

Par Noam Mosséri – Juifs célèbres © Tous droits réservés

One thought on “Susan Polgar la plus grande joueuse d’échecs de tous les temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *