Yoni Netanyahu , frère de Bibi et véritable héros d’Israël

Photo de Yoni Netanyahu jeune

Yonatan Netanyahu est né à New York  le 13 mars 1946. Bien que né aux Etats Unis, il passera la quasi-totalité de son enfance en Israël. Le jeune Yoni a deux frères : Benyamin ( Bibi ) et Ido. Après fois avoir brillamment fini son service militaire dans la brigade des parachutistes, il décide de partir pour les USA et rentre alors à la prestigieuse université d’Harvard    il étudie la philosophie et les mathématiques, disciplines dans lesquelles il excelle.

Profondément attaché à Israël, il se sentait de plus en plus inquiet d’être si loin de son pays. A ce moment-là, il écrit dans une lettre, « je devrais défendre mon pays, Harvard est un luxe que je ne peux pas me permettre. » . C’est ainsi que lorsque la guerre éclate entre Israël et l’Egypte en 1967, Yoni se sent profondément concerné et s’envole donc pour Tel Aviv. De retour dans son pays , Yoni se réengage dans l’armée où il devient officier puis est promu commandent d’une compagnie de parachutistes .  En 1973 lorsque la guerre du Kippour éclate, son bataillon est alors engagé en premier ligne sur le plateau du Golan. Lors de la bataille il fut blessé alors qu’il aidait à secourir un autre soldat profondément blessé derrière les lignes ennemies. Yoni fut alors décoré pour ses actes de bravoure après la guerre et reçut la médaille du service distingué , la troisième plus haute décoration militaire d’ Israël

Par la suite, ses qualités de stratège lui permirent d’accéder à la légendaire unité de Tsahal : Sayeret Matkal (Les forces spéciales israéliennes), il en est même nommé commandant adjoint de l’unité.

Le 27 juin 1976, le vol Air France 139, un Airbus A300B4 immatriculé F-BVGG, venant de Tel Aviv en Israël et transportant 246 passagers (dont une majorité d’Israéliens) est détourné par quatre terroristes membres du Front populaire de Libération de la Palestine et d’un mouvement communiste allemand. Les pirates font atterrir l’avion à Entebbe. C’est alors qu’Israël , décide de monter une opération de grande envergure dans le seul but de libérer les otages. L’armée israélienne forme alors un commando dirigé par Yoni et lui donne pour mission de mettre fin à la prise d’otage. Yoni et ses hommes partent donc pour l’Ouganda dans le plus grand secret. Une fois posé à Entebbe, le début de la mission fut une catastrophe pour Yoni. En effet, il fut touché d’une balle à l’épaule et mourut sur le coup. Malgré ce début très difficile l’opération se solda par un succès et tous les otages furent libérés. Yoni sera enterré dans le cimetière militaire de Jérusalem, au mont Herzl , le 6 juillet, d’énormes foules et des officiels de haut rang assisteront à l’enterrement. Shimon Peres , alors ministre de la Défense, avait déclaré du jeune homme “qu’une balle avait déchiré le jeune cœur d’un des plus beaux fils d’Israël, l’un de ses guerriers les plus courageux, l’un de ses commandants les plus prometteurs ».

33 ans plus tard après sa mort, son frère Benyamin Netanyahu sera élu premier ministre de l’état d’Israël. Encore aujourd’hui le premier ministre israélien, lors de ses tournés africaines, part se recueillir sur le lieu de l’opération, en hommage à son grand frère Yoni .

Encore aujourd’hui le personnage de Yoni Netanyahu demeure un véritable héros dans tout l’Etat Israël. Fervent sioniste et amoureux de son pays, il voulait à tout prix donner de son maximum et repousser ses limites pour défendre sa patrie

« Je ne veux pas arriver à un certain âge, regarder autour de moi et découvrir, soudain, que je n’ai rien construit ni créé. Je ne veux pas ressembler à certains hommes qui grouillent et volent comme des insectes, ne faisant jamais rien, pris par la ‘routine de leur vie’. Je dois être conscient que ce n’est pas au moment de ma mort que je devrais rendre compte de ma vie. A chaque moment, je dois pouvoir me dire : ‘J’ai fait ceci et aussi cela’. La mort, c’est la seule chose qui me dérange ; elle ne me fait pas peur mais elle m’intrigue… Elle ne m’effraie pas, car je ne donne pas beaucoup de valeur à une vie sans idéal. Et, si je dois sacrifier ma vie pour réaliser cet idéal que je me suis fixé, je le ferai avec joie. »

 Yoni Netanyahou 17 ans (extrait d’une de ses lettres)

photo Netanyahu
Benyamin Netanyahu se recueillant sur la tombe de son frère Yoni

Par Noam Mosseri – Juifs célèbres © Tous droits réservés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *